L’ostéopathe : « l’horloger » du corps humain

Le travail principal de l’ostéopathe est de redonner de la mobilité à toutes les structures du corps afin de minimiser les compensations et adaptations posturales et de maximiser la circulation locale et cellulaire des fluides (sang, lymphe) et des influx nerveux pour que les fonctions autonomes d’autorégulation puissent s’effectuer le plus naturellement possible.

Voici pourquoi : en situation optimale, chaque tissu glisse librement contre son voisin. Par exemple, la peau glisse sur les tissus adipeux, qui glissent sur les muscles qui, eux-mêmes, glissent les uns contre les autres quand nous les contractons. Vous pouvez facilement observer ce phénomène en posant une main sur votre biceps du bras opposé : contractez-le et vous sentirez ce glissement sous vos doigts. Le même glissement est présent entre les organes et les viscères; ainsi, lorsque l’intestin se remplit, il grossit (on le sent bien) et chacune de ses circonvolutions glisse contre sa voisine et contre les colons sans les entraîner avec elles ! Cette liberté peut toutefois être compromise par des cicatrices, suite à une chirurgie ou à une infection. Comme les vaisseaux sanguins de la microcirculation (veinules et artérioles) ainsi que les petites branches des grands nerfs sont localisés dans ces régions, ils peuvent être gênés, voire comprimés.

Comment les infections causent-elles des cicatrices ? Comme c’est le cas pour les plaies que nous voyons lorsqu’une infection apparaît sur notre peau, des cicatrices sont aussi présentes sur nos tissus internes suite à une infection. Et, malheureusement, la formation du tissu cicatriciel se poursuit parfois au-delà du nécessaire, formant des prolongements appelés « adhérences », qui ralentissent les glissements naturels entre les structures avoisinantes.

Ainsi, l’ostéopathe assouplit toutes ces cicatrices, structure par structure, tel un horloger, optimisant ainsi la mobilité, la microcirculation locale des fluides et des influx, ce qui favorise l’homéostasie, le confort et, par conséquent, le bien-être !

Il est donc recommandé de compléter tout traitement musculo-squelettique (physiothérapie, chiropratique, ergothérapie) et médical (infection, chirurgie) par quelques visites chez l’ostéopathe. Les cicatrices seront souples et nuiront au minimum à vos mouvements, volontaires et involontaires (organiques), par la suite.

 

Carole Leduc, D.O.
ostéopathe
Action Sport Physio Laval