Triathlon : la course à pied

La fonte des neiges et des glaces est synonyme du retour de la saison de course à pied pour un grand nombre de personnes. Enfin le retour de ce beau sport ! 

D’autres vont simplement troquer les souliers doublés ou à crampons de l’hiver pour des modèles plus légers estivaux ou, encore, passer de l’entraînement sur tapis roulant à des circuits extérieurs. La plupart d’entre nous vont également changer de chaussures de course en vue de la nouvelle saison.

Toutes ces transitions représentent un risque de blessure potentielle considérant l’aspect répétitif du patron de course et la notion d’impact avec le sol.

Voici quelques trucs pour prévenir l’apparition de blessures liées à la course à pied :

1. Augmentez progressivement : au tournant de saison, débutez avec des entraînements fractionnés et essayez de ne pas dépasser 10 % d’augmentation de volume par semaine;

2. Courez souvent : même si cela augmente la quantité totale de stress appliqué sur les articulations sollicitées, faire 4 à 6 sorties par semaine permet au corps de s’adapter et de se solidifier. Donc, si vous avez l’habitude de courir 2-3 fois par semaine, essayez d’ajouter 2 autres entraînements, même s’ils sont de très courte durée, et vous verrez vos risques de blessure diminuer;

3. Faites des petits pas : réduire sa foulée et ainsi augmenter sa cadence pour atteindre 170-180 pas par minute permet de réduire la force d’impact et les blessures qu’elle peut occasionner. À noter qu’augmenter la cadence ne signifie pas nécessairement aller plus vite;

4. Variez les surfaces et les types d’entraînements à l’occasion : cela évite de reproduire constamment le même mouvement dans les mêmes amplitudes et, ainsi, réduit les risques de blessures de surutilisation;

5. Portez attention à vos chaussures : nous pourrions en discuter de façon beaucoup plus élaborée, mais l’essentiel à retenir est d’opter pour des chaussures cohérentes avec vos habitudes de course et votre historique de blessures. Un coureur de longue date sans antécédents de blessures particulières ne devrait pas opter pour un changement. La transition vers un soulier de type minimaliste serait toutefois conseillée, de façon très prudente et progressive, pour quelqu’un désirant améliorer ses performances ou aux prises avec certaines blessures fréquentes à la course. 

Bref, la biomécanique du patron de course à pied étant complexe, mieux vaut prioriser le dosage de la quantification de stress mécanique pour profiter de sa saison en pleine santé ! N’oubliez surtout pas d’écouter votre corps lors de vos entraînements de course et n’hésitez pas à consulter un physiothérapeute dès l’apparition de signes avant-coureurs d’une blessure.

 

Frédéric Brochu
Physiothérapeute et propriétaire
Action Sport Physio Laval Ouest