La prévention d'accidents cérébrovasculaires - chaque seconde compte

Les accidents cérébrovasculaires (ACV), qui consistent en un manque de sang prolongé au cerveau, sont la troisième plus grande cause de décès au Canada, tuant quelque 16 000 personnes par année, et une cause principale d’infirmité à long terme chez les adultes.

On estime qu’environ 5 500 ACV se produiront cette année.

  • Plus de femmes que d’hommes sont victimes d’un ACV chaque année.
  • On estime qu’environ les deux-tiers des ACV se produisent pour la première fois chez une personne, mais que le reste de ces accidents sont récurrents. Souffrir d’un ACV augmente le risque d’en faire un deuxième.
  • Au cours des 5 années suivant un ACV, le risque d’un deuxième augmente d’environ 40 %.

La bonne nouvelle est que 80 % des ACV sont évitables. Chaque minute d’un ACV est critique. Puisque deux millions de cellules du cerveau meurent à chaque minute, le risque de dégradation irréversible, d’infirmité ou de décès augmente à chaque minute.

L'importance d'une réaction immédiate

Peu de gens connaissent les symptômes d’un ACV. Le fait de les connaître et de savoir les reconnaître peut sauver votre vie ou celle d’un être cher. Voici les symptômes les plus courants :

  • Un engourdissement subit ou une sensibilité au visage, au bras ou à la jambe, généralement d’un côté du corps
  • Un mal de tête sévère sans aucune cause apparente
  • Un état de confusion soudain; une difficulté soudaine à parler ou à comprendre
  • Une difficulté à voir d’un œil ou des deux yeux

Si vous ou un de vos proches ressentez un de ces symptômes, il se peut que vous soyez victime d’un ACV.

L’association américaine National Stroke Association a créé un aide-mémoire pour confirmer les signes d’un ACV :

  • Visage – Demandez à la personne de vous sourire et voyez si le sourire semble égal
  • Bras - Demandez à la personne de lever les deux bras et voyez s’ils lèvent de façon égale
  • Langage – Demandez à la personne de répéter une phrase et voyez si les mots sont mal articulés.

Si la personne présente un de ces signes, conduisez-là immédiatement à l’hôpital !

Réduisez vos risques de faire un ACV

Voici des moyens d’être proactif dès aujourd’hui :

  • Arrêtez de fumer et contrôlez votre consommation d’alcool.
  • Prenez soin d’une pression artérielle élevée. Faites vérifier votre taux régulièrement.
  • Prenez soin d’un taux de cholestérol élevé – le cholestérol est l’élément constitutif de la plaque dans les artères, ce qui peut bloquer le flux sanguin au cerveau. Ceci peut augmenter le risque d’ACV ou de crise cardiaque.
  • Prenez soin d’un diabète – le diabète quadruple vos chances de faire un ACV.
  • Mangez sainement et consommez peu de sodium.
  • Augmentez votre activité physique – aussi peu que 30 minutes d’exercice par jour (marche, natation, etc.) peut améliorer votre santé et réduire vos risques d’ACV.

Comment l’exercice et la physiothérapie peuvent aider suite à un ACV?

La physiothérapie se penche sur l’utilisation et le renforcement des muscles, ainsi que sur certains exercices d’étirement. Il existe un éventail de mouvements pour conserver la mobilité des articulations. La physiothérapie se concentre à recouvrer l’utilisation des membres affaiblis ou paralysés par l’ACV.

Il n’est pas bon d’être inactif suite à un ACV. Faire de l’exercice est toujours préférable. Pourquoi?

  • L’exercice contrôle le taux de cholestérol et augmente le taux de « bon cholestérol ». 
  • L’exercice combat la pression artérielle élevée en gardant vos vaisseaux sanguins en santé.
  • L’exercice contrôle votre poids – après un ACV, plusieurs personnes ont besoin de perdre du poids pour réduire le risque d’un autre accident. L’exercice aide à gérer le poids.
  • L’exercice combat la dépression – le fait d’être actif physiquement aide à combattre le stress et la dépression qui, à son tour, réduit le risque de maladie du cœur et d’ACV.

Pour connaître quel programme d’exercices vous convient le mieux, à vous ou à vos proches, appelez-nous !