Fasciite plantaire versus épine de Lenoir

Le fascia plantaire est une membrane fibreuse sous le pied qui a pour but de soutenir l’arche plantaire du pied. Lorsque celle-ci se déchire partiellement de son attache au talon ou devient irritée, il s’agit alors d’une fasciite plantaire. Cette maladie est la deuxième cause de douleur aux pieds au Canada.

Quant à l'épine de Lenoir, celui-ci est une excroissance osseuse anormale qui se forme à l'endroit où le fascia plantaire rejoint l'os du talon. Il ne s'agit pas d'une maladie en soi, mais d'une conséquence possible d'une fasciite plantaire chronique.

La fasciite plantaire peut survenir avec ou sans épine de Lenoir, tout comme l’épine de Lenoir apparaît parfois sans inflammation du fascia plantaire chez les personnes ayant plus de 40 ans. Ainsi, il y a des cas où le patient ressent de la douleur dans un seul talon tandis que les radiographies révèlent la présence d'une épine de Lenoir dans les deux pieds. Environ 11 % de la population aurait une épine de Lenoir sans pour autant en souffrir.

Reste que, le plus souvent, la douleur que l'on associe à l’épine de Lenoir s'explique en réalité par l'inflammation du fascia qui a provoqué sa formation. Les symptômes d’une fasciite plantaire sont de la douleur aiguë ou une sensibilité au talon. Cette douleur se manifeste surtout le matin ou après une période de repos.

On connaît mal la cause exacte de cette inflammation, mais on sait que le vieillissement normal du fascia plantaire y joue un rôle majeur. Comme celui-ci perd de sa souplesse avec l'âge, il risque de subir de petites déchirures lorsque le poids de la personne et certains mouvements provoquent des tractions excessives et répétées. L'inflammation apparaît alors pour réparer la membrane fibreuse, mais cause aussi une douleur aiguë.


Causes possibles et facteurs de risque

  • pratique intensive de sports, en particulier la course à pied ou le jogging, le saut, les sports d'équipe (surtout le volley-ball et le basketball), le tennis, la danse aérobique
  • obésité
  • pieds creux ou plats
  • marche ou station debout prolongée sur des surfaces dures
  • port de chaussures qui soutiennent mal la voûte plantaire et le talon, en particulier celles dont les semelles ou les talons sont trop durs, ainsi que celles dont les contreforts trop mous ne stabilisent pas suffisamment les talons lors de la marche ou de la station debout
  • marche ou activité sportive pieds nus sur le sable sec d’une plage


Traitements médicaux

Étant donné que la fasciite plantaire et l'épine de Lenoir sont intrinsèquement liées, on les soigne de la même façon. Vous devez traiter dès l'apparition des premières douleurs sous le pied. Appliquez alors tous les jours de la glace (20 minutes à la fois) sur la zone douloureuse. Des traitements en physiothérapie, d’acupuncture et le port d'une semelle de compensation dans la chaussure, ce qui soulage le fascia plantaire, sont recommandés. Dans le cas d'une fasciite devenue chronique (plus de 6 mois), les résultats d'un nouveau traitement où on utilise un appareil qui émet des ondes de choc extracorporelles (comme si on donnait à répétition des centaines de petits coups de marteau – eh, oui ! – sur le fascia blessé) est devenu le traitement de choix. Par ailleurs, les exercices d'étirements du mollet, du tendon d'Achille et (surtout) du dessous du pied s'avèrent efficaces pour prévenir la fasciite plantaire ou éviter une rechute.

Tant que la douleur n'a pas disparu, il faut réduire, voire cesser, pendant un certain temps la pratique des exercices qui travaillent sur les articulations portantes. Ne pas se promener pieds nus tant que la douleur ne s'est pas complètement dissipée. Masser régulièrement le fascia plantaire pour l'assouplir. Il faudra notamment pratiquer ce type de massage avant et après une activité physique exigeante. Faire attention en se levant le matin pour ne pas « partir du mauvais pied ». Commencer par se masser la plante des pieds, puis mettre des pantoufles pour protéger le talon. Ne pas « marcher sur sa douleur ». Quand la douleur apparaît, il faut plutôt réduire l'intensité de l'exercice pour la ramener à un niveau qui ne cause pas de douleur. On peut aussi pratiquer des activités qui ne sollicitent pas trop la voûte plantaire, notamment la natation, la musculation sur des appareils et la bicyclette.


Alain Scheldeman, Action Sport Physio West Island