Le diaphragme, qu'est-ce que c'est?

Le diaphragme est le muscle principal de la fonction respiratoire. Il se trouve entre le thorax et l'abdomen. Comme c'est un muscle gros et puissant, une tension à ce niveau ou une compensation peut amener des répercussions importantes au niveau de cette fonction, mais aussi causer des douleurs et problème posturaux. Il est fréquemment la cause de plusieurs maux, mais trop peu connu et traité. Il occupe également de nombreuses autres fonctions biomécaniques, notamment sur les systèmes digestif et circulatoire.

De par ses attaches sur les côtes et sur les vertèbres dorsales basses et lombaires hautes, en cas de tension, il peut tirer sur ces attaches et ainsi causer non seulement un inconfort mais aussi avoir des effets sur la posture au niveau lombaire et du bassin et une diminution de la mobilité des côtes. De par son effet de montée et descente lors de la respiration, son effet de pompage a aussi un effet sur le bon fonctionnement des organes vitaux et la fonction circulatoire.

De plus, comme la vie va vite et que nous prenons rarement le temps de nous arrêter à notre façon de respirer, nous respirons davantage avec le haut du corps que par l'abdomen. Pour une fonction respiratoire optimale, un mouvement des côtés ainsi que de l'abdomen est nécessaire. Dans bien des cas, le diaphragme est peu mobile voir trop tendu et ce sera donc les muscles accessoires de la respiration situés au niveau du cou qui prendront la relève. Cette compensation peut alors causer des problèmes posturaux cervicaux ainsi que des douleurs et maux de tête. Certains patients se plaindront aussi d'une sensation de "coup de couteau" au niveau de l'omoplate.

Le diaphragme est un muscle important et complexe. Si vous croyez qu'il peut être la cause de vos douleurs ou blessures, discutez-en avec votre thérapeute : il saura le vérifier et le traiter au besoin.


​En attendant, un petit exercice !

Couché sur le dos, inspirez l'air par le nez en gonflant votre abdomen d'abord, puis les côtes. Puis, expirez pas la bouche lentement et complètement en abaissant les côtes le plus possible. Si vous le pouvez, bloquez votre respiration quelques secondes (5 à 10) à la fin de l'expiration.

Répétez 4 à 5 fois selon votre tolérance.

 

Maryse Filion
thérapeute en réadaptation physique et massothérapeute