Blessure du coureur : la tendinopathie du tendon d’Achille

Vous avez une douleur derrière le talon qui vous limite à l’entraînement, qui tire lorsque vous descendez les escaliers et lors de de vos premiers pas le matin?

Une des blessures les plus fréquentes, mais aussi une des plus persistantes chez les coureurs, est la tendinopathie du tendon d’Achille. Je suis certain que vous vous demandez : « Une tendinopathie, est-ce la même chose qu’une tendinite? ». Oui et non. En fait, les tendinopathies regroupent toutes les pathologies des tendons (tendinose, tendinite, calcification, déchirure, etc.). Une tendinite représente le stade aigu d’une blessure au tendon alors qu’il y a présence d’inflammation amenant de l’œdème, de la chaleur et de la douleur quasi constante. Au stade subaigu ou chronique, où peu d’inflammation est présente, on parle alors d’une tendinopathie. C’est d’ailleurs à ce stade que la majorité des coureurs vont consulter un professionnel.

Comment reconnaître cette blessure?

On peut reconnaître cette blessure à une douleur locale très précise sur le tendon d’Achille ou sur son insertion derrière le talon. La douleur se présente lors de la course, des sauts et même lors de la marche. La plupart du temps, on se plaint de raideur aux premiers pas le matin et lors de la descente d’escaliers. C’est une blessure de charge, c’est-à-dire qu’elle se présente toujours suite à une surcharge de stress mécanique sur le tendon. Les coureurs qui en souffrent rapportent avoir fait une plus grande intensité d’entraînement. Le plus souvent, plus d’entraînement en vitesse ou en montée de côtes. Ces deux activités mettent beaucoup de charge sur le tendon d’Achille.

Comme la plupart des blessures du coureur, la clé du succès dans la thérapeutique de cette condition réside principalement dans le bon dosage de l’entraînement de course. On doit modifier l’entraînement afin de réduire la charge sur le tendon temporairement, pour contrôler les symptômes, et ensuite reprendre la charge progressivement. Par contre, dans un stade de douleur persistante (lorsque la douleur est présente depuis 3 mois ou plus), le repos n’est pas le meilleur traitement. Pour s’adapter, un tendon doit être stimulé. On doit mettre de la force de traction (tensile force) dessus, donc, le charger.

Comment doser?

Pour être dans le bon dosage d’exercices et de course, une certaine douleur est permise et même voulue. Pas de douleur égale pas d’adaptation. Par contre, on ne doit pas irriter le tendon. La douleur durant l’activité est permise, mais elle doit partir rapidement (en quelques minutes) et le tendon ne doit pas être plus raide qu’à l’habitude lors des premiers pas le lendemain matin. Pour se faire, courir souvent, à petite dose et à un rythme lent est conseillé.

Quand reprendre l’entraînement normal?

Les experts s’entendent que la reprise d’entraînement en vitesse ou en côte pourra se faire lorsque 60 minutes de course continue seront bien tolérées. Également, plusieurs exercices spécifiques aideront aussi à favoriser une adaptation optimale du tendon.

Comme chaque cas est différent, consulter un thérapeute qui a une expertise en course à pied est très souvent nécessaire. Cet expert peut vous guider dans le bon dosage d’entraînement, mais surtout vous prescrire les exercices appropriés à votre condition et stade de blessure.

Nos thérapeutes experts en course à pied seront ravis de vous aider à gérer une blessure, mais aussi à diminuer votre risque de blessures et même à augmenter vos performances. De plus, notre service d'analyse du coureur vous permettra de commencer votre saison de course à pied en pleine confiance.

Bonne course !
 

Rémi Bergeron
Physiothérapeute
Expert en course à pied, certifié par la Clinique du coureur