Blessures au poignet et à la main

Nous tenons souvent notre capacité de fonctionner avec nos mains pour acquise. Peu importe le moment, l’adaptabilité et la dextérité des mouvements du poignet, de la main et des doigts ne sont pas pris en compte, à moins que cette habileté soit limitée par la douleur ou une blessure. Sur le plan anatomique, le poignet et la main sont un ensemble d’os, de tendons, de muscles, de nerfs, de veines, de ligaments et de tissus conjonctifs. Malheureusement, le poignet et la main sont fréquemment blessés en raison de leur utilisation constante dans la plupart des fonctions et tâches quotidiennes. Nous avons toutefois tendance à accorder moins d’urgence aux blessures au poignet et à la main et nous ne reconnaissons pas qu’un échec dans un diagnostic, un traitement et une réadaptation adéquats des blessures au poignet et à la main peuvent entraîner des effets désagréables à long terme et un possible handicap.

Le poignet et la main sont composés de 27 os qui agissent seuls et en groupe pour permettre la poigne et le relâchement en opposition. Ces 27 os sont organisés en huit os du carpe, cinq métacarpiens et 14 os qui forment les cinq doigts. Les importants muscles fléchisseurs et extenseurs ainsi que les tendons qui servent le poignet et la main proviennent du coude. Les tendons fléchisseurs proviennent du condyle médial du coude et passent par les canaux au-dessus de la paume de la main. Les tendons extenseurs proviennent d’au-dessus du condyle latéral et passent par les six compartiments le long du dos de la main. Les nerfs, les artères et les veines passent aussi par ces canaux dorsaux et palmaires pour servir différentes parties du poignet et de la main. Tout traumatisme direct ou toute lacération de la main peut entraîner de graves conséquences si un ou plusieurs tissus sont endommagés.

Le potentiel de blessure au poignet et à la main est très élevé en raison de l’utilisation constante que nous en faisons et des abus que nous leur faisons subir. Les mains sont impliquées dans presque tout ce que nous faisons du matin au soir. À défaut de le répéter, nous avons une tendance à les tenir (nos mains et nos doigts) pour acquis jusqu’à ce que nous subissions une blessure.

Les blessures les plus communes du poignet et de la main comprennent les entorses, les tendinopathies et les fractures. Les entorses et les fractures sont très communes en raison de l’instinct naturel que nous avons d’utiliser nos mains pour nous protéger contre une chute, une glissade, une culbute ou quand nous trébuchons. Nous plaçons instinctivement notre main en travers du danger dans un mécanisme de protection. Cela entraîne souvent une entorse ou une fracture au poignet. La tendinopathie, auparavant connue sous le nom de tendinite est plus souvent causée par un traumatisme direct ou par une surutilisation du tendon. Le traumatisme direct cause une inflammation localisée et limite l’espace dans le canal par lequel le tendon passe. Le tendon ne s’enfle pas en soi, mais le tissu conjonctif qui entoure le tendon développe des transformations métaboliques qui entraînent la douleur. La surutilisation ou les mouvements répétés ont été liés à une variété de blessures au poignet, dont le tunnel carpien est le plus commun.

Un diagnostic adéquat est impératif avant de décider des options de traitement. L’évaluation et la comparaison du poignet et de la main en cas de déformation, de changement de dimension en raison d’une enflure, de différences de couleur, de sensation, de remplissage capillaire et de changement aux fonctions globales sont très importantes pour identifier la portée, les limites et la gravité de la blessure. La physiothérapie conventionnelle est généralement efficace pour la plupart des blessures aux poignets et à la main, toutefois certaines conditions peuvent exiger un examen physique plus approfondi et des tests diagnostiques afin de déterminer la portée et les limites de la blessure avec plus de précision. Cela est souvent le cas avec de possibles ruptures ou lacérations du tendon où le nerf ou les artères ont pu être endommagés et dans la compression de nerfs en raison d’une enflure et d’un traumatisme direct qui limite la fonction du poignet et de la main.

Nous utilisons constamment notre poignet et nos mains pour des tâches que nous tenons pour acquises et cela ajoute souvent un stress évitable sur les muscles, les tendons, les ligaments et les tissus conjonctifs. Ce stress constant entraîne la décomposition des tissus et les blessures. La complexité de la composition anatomique du poignet et de la main complique souvent le diagnostic adéquat. La possibilité de dommage permanent aux muscles, tendons, nerfs, artères et veines découlant d’un traumatisme et de lacérations directes est une source importante de préoccupations pour le corps médical. Malgré tout, nous utilisons nos poignets et nos mains parfois de façon abusive, sans trop d’égard pour leur sécurité.